Le Pays du Veinazès...

Au cœur de la Châtaigneraie cantalienne

châtaigneraie à Puech-Redon (Lafeuillade-en-Vézie)
Une châtaigneraie traditionnelle à Puech-Redon (Lafeuillade-en-Vézie)

"La Grande Châtaigneraie d'Auvergne s'étale sur 213 000 hectares et comprend pour sa moitié le sud du département du Cantal et pour le reste, une partie de l'Aveyron et du Lot."

Longtemps, elle est le "territoire du châtaignier, d'une part pour bien marquer le caractère de "parent pauvre" du Cantal en comparaison avec le bassin d'Aurillac et ses riches "planèzes" et, d'autre part, parce que, comme l'indique son nom, c'est le châtaignier qui lui a conféré une unité que ni la géologie, ni les paysages, ni l'histoire n'avaient pu lui donner".

Au Moyen-âge, l’arbre roi de la Châtaigneraie est le chêne.

A partir du 15ème siècle, les plantations de châtaigniers se développent si bien que la Châtaigneraie acquiert progressivement son statut de région à part entière.

 

Au 19ème siècle, « l’arbre à pain » est présent dans soixante communes du département du Cantal (cantons de Maurs, Montsalvy et Saint-Mamet).

Son fruit, la châtaigne, permet la survivance pendant les temps de disette. Elle permet aussi d’engraisser annuellement un ou deux cochons.

Les habitants de la région (les Castanhaïres) survivent en entretenant une châtaigneraie, souvent un petit bosquet imbriqué dans quelques champs sur lesquels sont cultivés le seigle pour faire le pain, le sarrasin pour cuisiner des galettes (le bourriol) ou le chanvre pour tisser des toiles. L’élevage de quelques moutons complète l'activité artisanale avec le tissage de la laine. Ces derniers, comme les chèvres, aident au nettoyage des cams (terres de bruyère).

Un "sécadou " - séchoir à châtaignes
Un "sécadou " - séchoir à châtaignes

Ramassées à l’automne, les châtaignes sont séchées dans de petites constructions en pierre au toit de lauze, appelées les sécadous.

Décortiquées à la veillée ou vendues sur les marchés, les châtaignes sont alors la base de l’économie du pays et de l'alimentation de ses habitants.

Comme toutes les régions rurales, la Châtaigneraie cantalienne connaît une importante chute démographique avec la Grande Guerre de 1914-1918. Dans le même temps, deux facteurs contribuent à affaiblir la production du châtaignier : le développement des usines à tanin dans la région de Maurs et l’apparition des maladies de l’encre et du chancre.

Usine à tanin de châtaignier - Maurs (Cantal) - Vers 1905.
Usine à tanin - Maurs (Cantal) - Vers 1905.

Cependant, au cours du 20ème siècle, les habitants prennent conscience de la force des actions collectives grâce à l’éducation populaire faite par des instituteurs publics et par les mouvements agricoles chrétiens. Progressivement, en s’affranchissant de leur complexe d’infériorité, les Castanhaïres s’engagent dans le monde associatif, dans le syndicalisme agricole ou en politique et contribuent à la reconnaissance de leur région.

 

Tandis que l’agriculture se modernise et se transforme (élevage bovin, production laitière et porcine), les autres secteurs se regroupent au sein de Syndicats d’initiatives dans le but principal de « travailler à l’expansion touristique de la Châtaigneraie ».

Au milieu des années 1980, avec la politique de décentralisation et l’apparition des aides européennes, « l’association pour le développement touristique de la Châtaigneraie » est créée. Il en découle de nombreuses initiatives publiques ou privées ayant, dans leur intitulé, les mots « châtaigne » ou « Châtaigneraie ».

Parmi les multiples exemples, retenons que depuis 2002, à l’occasion de la célèbre foire de la Châtaigne de Mourjou, chaque enfant castanhaïre né dans l’année reçoit un plan de châtaignier.

Actuellement, la production annuelle de châtaignes cantaliennes s'élève à 50 tonnes.

 

Depuis le 1er janvier 2017, en application de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), la Châtaigneraie cantalienne est une région administrative.

Le pays du Veinazès correspond à l'Est de la Châtaigneraie cantalienne.

Sources consultées :

Bernard Coste, La Lettre du Veinazès, N°52, juillet-octobre 2016.

Jean-Luc Boudartchouk et Virginie Tourrilhes, Catalogue d'exposition "Archéologie en Châtaigneraie" - 1990. Association pour l'Etude de la Châtaigneraie Cantalienne.

Pour toute référence à cet article, merci d'en signaler la source : www.pays-veinazes.com

Ce site vous invite

à découvrir

les multiples facettes

de l'histoire

du Pays du Veinazès.

Administration du site

Partenaires du site

Nous contacter...

Cliquez sur l'onglet

ci-dessous ou écrivez-nous à contact@pays-veinazes.com